Prudente, la Communauté internationale observe le silence et le peuple algérien avertit: Pas d’ingérence étrangère!

La rue algérienne a réussi à montrer la PORTE à Bouteflika et sa Smala et les manifestations qui ont débuté le 22 février dernier PACIFIQUEMENT se poursuivent. Le peuple revendique le départ des “3 B”: Bensalah, président par intérim, Bedoui, premier-ministre provisoire, Bouchareb, président du Parlement autoproclamé. Les trois personnalités sont issues du CLAN Bouteflika et accusés de MEGA CORRUPTION.

De son côté le commandement militaire a lancé une opération mains propres. Plusieurs hommes d’affaires milliardaires, embourgeoisés sous le règne de Bouteflika, ont été écroués mais le plus spectaculaire est sans doute l’arrestation du frère cadet de Bouteflika, le tristement célèbre SAÏD, la CAÏD qui faisait la pluie et le beau temps depuis l’AVC subi par son frère président en 2013. Le même sort a été réservé à deux généraux, anciens patrons des services spéciaux du renseignement. Tous les trois accusés de haute trahison, ils croulent dans la prison militaire de Blida au Sud – Ouest d’Alger.

Ces gestes n’ont pas apaisé la rue qui réclame le départ du régime tout entier d’où le slogan ” # YETNAHAW GAA’, Dégagez TOUS. Réponse du régime: Des concessions au compte-gouttes.

Layla Haddad.