Souvenons-nous, c’est à Charleroi, la ville la plus algérienne de Belgique qu’avait eu lieu l’agression à la machette de deux policières belges par Khaled Babouri, un Algérien de 33 ans, en séjour illégal en Belgique depuis 2012. Les faits ont eu lieu le 6 août 2016, ce qui a provoqué l’émoi des belges et le retour de la question sur les expulsions forcées. L’agresseur algérien, Khaled Babouri qui avait été abattu le jour de l’agression, n’aurait pas respecté deux ordres de quitter le territoire, délivrés par le ministère belge de l’intérieur.

Il faut savoir que que l’Algérie n’accepte pas les retours forcés des sans – papiers algériens, ce qui met en boule le Secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration belge, Théo Francken, membre d’un parti extrémiste flamant, la N-VA, l’équivalent du Front National français de marine Lepen. Il veut en découdre avec les illégaux algériens. Il déclarait au moment des faits: “Les retours forcés vers l’Algérie restent problématiques, malgré des années de négociations européennes et bilatérales ».

Le mercredi 7 décembre de l’année en cours, soit 4 mois jour pour jour après l’agression de Charleroi, le Premier Ministre belge, Charles Michel, a été dépêché à Alger en compagnie de son Secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration, Théo Francken, il aurait abordé d’entrée de jeu, la question du rapatriement des ressortissants algériens en situation irrégulière en Belgique lors d’une rencontre avec « son homologue » Algérien Abdelmallek Sellal.

Un tête-à-tête entre les deux hommes se serait déroulé dans un “climat plutôt constructif et ouvert”, à en croire le Premier Ministre belge qui pense pouvoir parvenir à un accord. Mais Sellal comme par son habitude, il n’a pas pu échapper à sa propre règle: Bévue,  étourderie et une presque non-maitrise du dossier, il a balancé à l’issue de la rencontre: «Pour nous, l’essentiel de l’essentiel est de veiller à la dignité des personnes ». Allez savoir quelle dignité et quelles personnes avait –il en tête, la dignité de ses compatriotes illégaux qui croulent dans les prisons belges ou celle des légaux qui se roulent les pouces en Algérie et qui, au péril de leur vie, tentent de traverser la Méditerranée dans des barques de fortune pour échapper à el Hogra ?

CNP NEWS