La liberté d’opinion et la liberté de la presse n’ont pas de frontières. Ni en Europe ni en Afrique. Ni à Bruxelles ni à Alger.

Le 31 mai 2018, Layla Lefèvre-Haddad, journaliste belgo-algérienne accréditée auprès des institutions européennes, a publié sur sa page Facebook une vidéo par laquelle elle s’adresse directement à Abdelaziz Bouteflika et l’appelle, au terme de 19 ans au pouvoir, à renoncer à se représenter pour la cinquième fois à l’élection présidentielle prévue au printemps 2019. Dans sa vidéo, la journaliste réclame, « au nom de la dignité humaine », un autre destin pour l’Algérie et des élections libres en 2019. Elle a posté le 7 juin dernier une seconde vidéo en arabe sur sa page Facebook.

Depuis lors, Layla Lefèvre-Haddad subit des menaces physiques et morales inacceptables. Elle a été agressée physiquement par deux hommes devant son domicile au matin du 4 juin dernier. Elle a porté plainte mais craint pour sa vie et celle des siens.

Ces derniers jours, plusieurs membres de la famille de Layla Lefèvre-Haddad en Algérie ont subi des menaces directes et commencent à craindre pour leur vie.

Le gouvernement algérien a voulu faire pression sur les institutions européennes et a demandé des excuses à Bruxelles. Le motif invoqué : Layla Lefèvre-Haddad a enregistré son message dans l’enceinte du Parlement européen qui est pourtant un espace de liberté et d’expression publique. L’ambassadeur de l’Union européenne à Alger, John O’Rourke, a été convoqué mais n’a pas cédé aux pressions en twittant : « Les journalistes accrédités auprès des institutions européennes (…) parlent en leur propre nom, en ligne avec les principes de la liberté d’expression et de la liberté des médias ».

Le ministère des Affaires étrangères algérien, relayé par de nombreux médias officiels, a, en outre, publié des propos blessants et diffamatoires à l’encontre de Layla Lefèvre-Haddad qui affectent profondément ses proches.

Les pressions des autorités algériennes sont inadmissibles et par la signature de cet Appel nous soutenons Layla Lefèvre-Haddad et saluons son courage.

Parce que tous les citoyens ont droit à la liberté d’opinion, nous demandons aux autorités algériennes de respecter celle de Layla Lefèvre-Haddad. »

Merci de remplir la pétition disponible sur la plateforme https://www.opinion-internationale.com/