Ce petit webmedia a été fondé par des journalistes bénévoles de l’extérieur. Ils voulaient dire ce que leurs confrères de l’intérieur étaient contraints de taire, mais le régime a été plus insidieux, il a eu raison d’eux. CNP NEWS a été infiltré par des agents à la solde du régime en place.

Ils ont réussi à passer par les mailles du filet en se déclinant comme des opposants féroces au clan qui détient le pouvoir, certains étaient réellement du pouvoir, d’autres n’étaient que des larbins à la recherche d’une quelconque gratification. Ce n’était finalement qu’une poignée de parias, connus pour la plupart, ils se sont introduit doucement mais surement à travers les interstices d’une rédaction honnête mais sans pour autant niaise.

La mort de Bouteflika, la démission de Gaid-Salah, le cancer métastatique de Saïd, la source c’était eux… dès que la rédaction s’en est rendue compte, elle les a balayé d’un revers de main.

Un an a passé depuis le lancement de ce webmedia avec un constat : CNP NEWS a-t-il montré ses limites en tombant dans le piège de paranoïaques de tout poil ? Est-il réellement menacé de disparaitre ? Aujourd’hui les positions de certains membres de la rédaction de CNP NEWS oscillent entre y mettre une virgule ou un point final.

D’autres postulent qu’il faudra changer son fusil d’épaule en se spécialisant dans les interviews quand il s’agira d’actualité algérienne, de façon à en finir avec la question si chère aux médias, celle de la véracité de l’information.

La décision tombera sous peu, les lecteurs de CNP NEWS en seront informés en temps et en heure.

La rédaction.