Le jeudi dernier, la coupole du complexe sportif Mohamed Boudiaf était noire de monde, on a compté plus de 5000 téléspectateurs avec au premier rang la nomenklatura. On pouvait facilement distinguer Ali Haddad et Azzedine Mihoubi notamment. S’agissant de Saïd B, deux thèses se sont profilées : Il était présent mais  entouré très discrètement de gardes du corps armés jusqu’aux dents, l’autre postulat a consisté à dire que Saïd B. a préféré jouer la prudence en s’inscrivant dans la liste des abonnés absents.

Toujours est-il qu’Idir, la star kabyle,  d’A Vava Inouva* (Mon Papa Nouba), a déjà gagné le jackpot de la modique somme de 3 milliards de centimes contre la vente de 10.000 tickets pour ses 2 premiers spectacles à Alger. Il n’en espérait pas tant!

Les spectacles d’Idir pourraient engranger au minimum 10 milliards de centimes et beaucoup plus s’il continue à se produire dans d’autres villes que celles déjà annoncées à savoir : Tizi Ouzou, Bouira, Bejaia Ghardaia et Oran !

Rien n’aurait été possible sans le bon vouloir de Saïd Bouteflika et Ali Haddad ! Le chanteur se produit à guichet fermé, toutes les places de ses 5 prochains spectacles ont été préalablement vendues ! Le succès est hallucinant malgré le prix exorbitant du billet:  3000 DA, une somme qui représente pour certaines familles la moitié d’un salaire mensuel ou l’allocation d’un pensionné ou un handicapé.

CNP NEWS

* la traduction du refrain de la chanson culte d’Idir : je t’en prie père Inouva ouvre-moi la porte. O fille Ghriba fais tinter tes bracelets. Je crains l’ogre de la forêt père Inouba…)