Ce 26 décembre, le Président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdoğan, se rend en Tunisie pour une visite officielle de deux jours. Le Président d’EuroMed Droits, Michel Tubiana, saisit cette occasion pour interpeler le Président tunisien, Béji Caïd Essebsi sur la situation des Droits Humains en Turquie. Nous publions ici le contenu de l’interpellation tel qu’il nous a parvenu ce matin :

« La Tunisie ne peut faire l’impasse sur la répression croissante de la société civile en Turquie. Nous dénonçons les mesures de rétorsion massives autant qu’arbitraires à l’encontre des universitaires, des journalistes, des militants et de l’ensemble des opposants pacifiques au régime qui réclament leur liberté de pensée et d’expression.

Depuis la tentative de coup d’Etat du 15 juillet 2016 et la proclamation de l’état d’urgence, la Turquie fait l’impasse sur les droits et des libertés fondamentaux. C’est une véritable chasse à la sorcière qui sévit depuis lors, avec des arrestations quotidiennes, des licenciements abusifs dans les services publics, et notamment la justice, l’éducation, mais aussi les médias. Au total, c’est près de 130.000 fonctionnaires qui ont été démis de leur fonction.

Il est impératif de garantir, comme le prescrit le droit international, les droits et les libertés imprescriptibles des citoyens de Turquie. L’on ne peut museler un peuple, l’interdire de manifester, de se réunr, lui confisquer ses papiers, l’emprisonner, le torturer… Il est temps que nos dirigeants fassent valoir auprès de M. Erdoğan que les principes universels des droits humains sont inaliénables aussi en Turquie. »