Emmanuel Macron se rendra dans deux jours à Alger comme l’avait annoncé lui-même le 14 novembre dernier mais nous serons loin, très loin de la visite de 24 heures qu’il avait effectuée à Rabat pour son premier voyage en Afrique du Nord.

Pour Alger, Emmanuel Macron a prévu plutôt une escale car il faut le savoir le chef d’état français est attendu à Doha le jour même par son homologue qatari.

Rien à voir avec une visite officielle d’un chef d’état français à un grand partenaire maghrébin comme ce fut le cas chez le Roi Mohamed VI. Il est question de quelques petites heures, une manière de marquer un déplacement diplomatique nécessaire.

Il s’agira d’une petite visite éclair, le temps d’un checking hands aux innombrables serviteurs de fakhamatouhou, de filmer quelques mises en scène aux côtés de fathamatouhou, de faire un petit tour au centre d’Alger avec Ali Haddad et d’autres larbins et, puis s’en va !

C’est en tout cas ce que des sources parisiennes ont laissé entendre à notre correspondant sur place. Le lourd se fera juste après la petite escale algéroise, puisque Emmanuel Macron est attendu de pieds fermes par le jeune Émir de L’État du Qatar. « C’est avec Qatar que les choses sérieuses se joueront et malgré l’isolement de Doha par ses grands frères de sang, le petit Émirat est considéré par Paris comme un grand partenaire. l’Élisée a d’ailleurs appelé à la levée de l’embargo lors de la visite de l’Émir à Paris le 15 septembre dernier», expliquera un journaliste français.

Le 6 décembre prochain, avant de s’envoler pour Doha, Emmanuel Macron chuchotera à Bouteflika, « Fakhamatouka, tu as 80 ans, moi j’en ai que 40 ! Ou tu lâches la chaise ou je te lâche».

CNP NEWS