La directrice du quotidien arabophone El Fajr, Hadda Hazem, a été évacuée à l’hôpital algérois Mustapha Pacha dans la soirée de vendredi après une soudaine baisse de taux de sucre. Hadda Hazem faut-il le rappeler souffre de diabète.

La journaliste avait entamé une grève de la faim le 13 novembre dernier pour dénoncer la privation de son journal El Fajr de publicité qui semble être sa seule source de revenus.

Il faut dire qu’en Algérie, le système de distribution de la publicité est très controversé. C’est l’agence étatique, l’ANEP qui a le monopole de l’octroi d’encarts publicitaires aux médias algériens sur base du degré de docilité au régime totalitaire. Hadda Hazem s’est vu privée de publicité depuis sa participation à un débat sur une télévision française durant laquelle, elle avait critiqué le président Bouteflika.

Quatre organisations et mouvements ont récemment exprimé leur soutien indéfectible à Hadda Hazem, parmi eux Reporters sans frontières (RSF), le Centre de Tunis pour la liberté de la presse (CTLP) ainsi que le le mouvement Touche Pas aux Algériennes (TPA).

CNP NEWS