Le directeur exécutif d’Ennahar Anis Rahmani de son vrai nom Mohamed Mokkedem a déposé le 13 novembre dernier, un dossier au Consulat de France à Alger pour postuler à l’acquisition de la nationalité française, avons–nous appris de sources informées.

L’homme est déjà détenteur d’une carte de résidence annuelle, obtenue grâce à la création d’une société de production audiovisuelle à Paris et au fait d’être le mari d’une française. (Sa femme ayant déjà obtenu la nationalité française).

Selon nos sources, le directeur et propriétaire effectif de la chaine Ennahar TV, Saïd Bouteflika, a promis à son protégé de lui donner un coup de pouce. « Rahmani a dit que Saïd va l’aider à obtenir rapidement la nationalité française », a affirmé à nos sources, un journaliste, employé par Ennahar TV .

Mohamed Mokkedem, étiqueté fils de « Harki », pourrait bénéficier de la nationalité française non pas par naturalisation mais par réintégration de la nationalité d‘origine suivant une démarche volontaire auprès du ministère français de l’intérieur par décision de l’autorité publique (par décret).

Pour rappel, la loi française du 16 juin 2011 relative à l’immigration, à l’intégration et à la nationalité, a prévu, de nouvelles exigences en matière de maîtrise de la langue française et d’assimilation. Les postulants à la naturalisation par décret de même que les déclarants à raison du mariage doivent justifier d’une maîtrise de la langue française correspondante au niveau B1 oral du cadre européen commun de référence pour les langues du Conseil de l’Europe.

Selon les informations mises à disposition par le ministère français de l’intérieur, les postulants à la naturalisation doivent avoir une connaissance suffisante de l’histoire, de la culture et de la société françaises et adhérer aux principes et valeurs essentiels de la République.

Les lois du 28 décembre 2015 et du 7 mars 2016 ont créé deux nouvelles modalités d’acquisition de la nationalité française par déclaration. Les nouveaux Français doivent déclarer la ou les nationalités qu’ils possèdent déjà, celle(s) qu’ils conservent en plus de la nationalité française et celle(s) auxquelles ils entendent renoncer.

CNP NEWS.