Si pour certaine presse inféodée à Saïd Bouteflika, Ahmed-Gaid SALAH est un général finissant sous les ordres de Saïd Bouteflika, la réalité est tout autre. « Ahmed-Gaid SALAH n’est pas octogénaire comme il est galvaudé dans certains médias mais il est né en 1942 », dira d’emblée un Général-major à la retraite qui préfère garder l’anonymat pour montrer l’altruisme de ses propos à l’endroit du Général de Corps des armées. Et de poursuivre : « Soyez assuré que Saïd Bouteflika n’a ni le pouvoir qu’on lui prête ni la capacité de diriger l’Algérie ».

Nous avons essayé de décrypter les propos du Général à la retraite qui a semblé dire que si Saïd Bouteflika tente quelconque manœuvre avec l’appui de l’étranger ou pas dans le but d’une succession via des élections truquées, il en sera empêché. « Saïd Bouteflika est hors cadre et si l’Algérie est encore debout, c’est grâce au général de corps d’Armée Ahmed – Gaid SALAH », lâche enfin notre interlocuteur.

Pour le Général, l’option « Saïd », est une hérésie ! Notre vis-à-vis semblait connaitre les détails du torchon qui brûle à El Mouradia. Il nous revient en mémoire la fameuse phrase dont le Général Benhadid avait usé pour qualifier Saïd Bouteflika : « C’est un malade mental ». C’est aussi un hystérique, versatile et sanguin, capable du pire comme l’affirment ses proches collaborateurs.

Il est clair que Saïd Bouteflika n’a ni légitimé, ni « physique de l’emploi », ni la stature d’un président. Il ne pourrait colmater les brèches d’un pays mis à genoux par la faute du programme virtuel de son frère président. Selon l’expertise d’un journaliste du journal allemand Del spiegel, « Saïd Bouteflika est considéré par les décideurs des puissances étrangères comme un homme sans envergure sortant du cadre de ce qui est généralement admis par la communauté internationale. »

Pour être précis, Saïd Bouteflika ne fait pas le poids, n’a aucune expérience politique, il travaille à tâtons, il agit souvent impulsivement et maladroitement, l’actualité récente confirme son amateurisme dans la sélection, la désignation et le limogeage des membres du gouvernement. Des flops qui resteront dans les archives d’El Mouradia.

Au plan international, ni la France, ni l’Union européenne ni les USA ni même la Russie et la Chine n’auront intérêt à traiter avec l’homme le plus honni du peuple algérien. Aucun pays voisin du Nord comme du Sud n’aura intérêt de voir à leurs portes une déferlante de réfugiés algériens, aucun algérien n’aura intérêt de voir de nouveau une Algérie à feu et à sang par la faute d’un fou furieux.

CNP NEWS.