Le président du parlement européen, Antonio Tajani, a salué ce lundi la femme tunisienne, pour le rôle qu’elle a jouée ans la construction démocratique.

Dans un discours prononcé ce lundi 30 octobre à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), lors d’une séance plénière extraordinaire, Tajani a déclaré que sa visite officielle est à la fois à caractère politique et économique, disant œuvrer à consolider la diplomatie économique.

Il encore souligné que la sécurité de l’Europe est liée à la situation sécuritaire en Tunisie, et à la capacité des deux parties à hisser le niveau de coordination sécuritaire, signalant que le terrorisme ne peut être éradiqué qu’à travers davantage de coopération et de coordination.

Au sujet de la question migratoire, le président du parlement européen a appelé à la traiter avec pragmatisme. « Nous devons nous dresser contre ceux qui marchandent avec les vies humaines, et cibler les réseaux dans lesquels ils opèrent », a-t-il préconisé, disant avoir été touché par les scènes tragiques dont la Méditerranée est le théâtre.

Il a encore souligné que la Tunisie joue un rôle central en matière de promotion des relations avec les pays africains, indiquant qu’une enveloppe de 40 milliards d’euros serait consacrée aux pays africains dans le budget de l’Union européenne. Tajani a réitéré le soutien européen à la transition en Tunisie. « Nous demeurerons à ses côtés, jusqu’à ce qu’elle réussisse économiquement et socialement, et nous y appuyons le tourisme, en appelant les Européens à s’y rendre ».

Le président de l’ARP, Mohamed Ennaceur, a, quant à lui, relevé le rôle décisif que devront jouer les parlements tunisien et européen en vue d’appuyer le processus d’approfondissement des relations entre les deux parties. Comme ils sont tenus de renforcer la cadence de l’action parlementaire commune, à travers l’échange des expériences, la formation de compétences, et l’action concertée dans le cadre du dialogue politique prévu par le partenariat privilégié, a-t-il dit.

Les deux parlements sont tenus de développer les relations entre les groupes et commissions parlementaires, a-t-il prôné, considérant la création du « groupe amis de la Tunisie » au parlement européen, comme une nécessité absolue pour promouvoir l’activité parlementaire conjointe.

De notre correspondant à Tunis

Gnet pour CNP NEWS.