Interview de Badis Khenissa, membre du Secrétariat National de Talaie El Houriet et instigateur de la campagne « Parle au peuple – خاطب شعبك

Qui sont les initiateurs de la campagne «Parle au Peuple » ?

Cette modeste initiative que j’appellerai plutôt une action citoyenne personnelle mais très vite, plusieurs personnes de la société civile ont tout de suite répondu favorablement à l’initiative et ont qualifié l’idée de bonne et nécessaire. Beaucoup d’échos se font ressentir de la part du monde associatif, mais faut-il rappeler que cette initiative vient de voir le jour après la déclaration du Premier ministre et aura besoin de supports et d’appuis qu’ils soient Citoyens ou Médiatiques, afin de favoriser des leviers de diffusions et de communications.

C’est donc une réaction face au déni de la réalité rampant et sans limite que nous vivons manifestement, de politique Soporifique qui accuse une absence totale d’offre politique effective et efficace et enfin  de ce mépris sans égal à l’encontre de nos concitoyennes et concitoyens qui ont pour seul tort (crime) un avis ,une opinion ou même une vision différente. Ces tentatives de mise sous tutelle de la pensée du citoyen est inacceptable surtout quand cette dernière  œuvre dans une dynamique positive et constructive guidée par l’expression d’une clause de conscience  dont le peuple s’est longtemps détourné faute d’auditoire et d’écosystème propice. Une action d’un simple citoyen mesurant le poids  de la responsabilité qui pèse sur nos épaules, hommes et femmes soucieux d’un avenir collectif  et d’une nation à en devenir, en ces temps sombres et incertains.

A qui s’adresse cette campagne en premier ?

Cette action citoyenne s’inscrit dans une démarche inclusive et purement réflexive, dont la finalité intrinsèque demeure et demeurera le rayonnement de l’Algérie qui doit passer vous en conviendrez, par la réappropriation de sa pleine citoyenneté, c’est à dire reconsidérer profondément son véritable rôle et agir positivement et pacifiquement dans ce sens ! Ce régime a pris la passivité (Par lassitude) du peuple pour une faiblesse afin de se soustraire de son devoir et de ses responsabilités subsidiaires, faisant naitre des situations inédites, improbables voire singulières sous tous les aspects, en somme une parfaite escroquerie morale et politique mettant en péril fatalement et irréversiblement tout un pays !

Vous pensez qu’elle fera tâche d’huile ?

J’estime que l’heure est grave et que nous devons s’extirper des débats de postures, qu’il est grand temps de s’élever et de s’ériger en citoyen actif ! La suite donnée à cette initiative, seul le peuple en décidera, mais je reste persuadé que des millions d’algériennes et d’algériens aspirent au changement, à l’alternance, à l’alternative qui prône une transition démocratique consensuelle et apaisée en commençant par redonner une légitimité aux institutions et reconstruire la souveraineté du peuple comme seul vis-à-vis ,maitre de son destin.

Vous savez très bien que Bouteflika ne parlera pas, non pas qu’il ne voudra pas mais il ne pourra pas, l’homme est aphone !

Nous l’ignorons et c’est pourquoi cette initiative si elle est entendue autant que faire se peut, lèvera le voile sur plusieurs éléments d’ombres ! Nous avons eu la déclaration du premier ministre qualifiant les instigateurs et fervents défenseurs de l’éligibilité de l’article 102, « de désœuvrés » !  Décrétant la caducité de cet appel, grâce à la simple et récente apparition furtive du Président de la république à la tête du 2ème conseil des ministres de l’année ! Cette désinvolture de l’exécutif, s’explique par la variabilité des droits du citoyen algérien et la sémantique condescendante à son égard, que je dénonce avec force ! Le président de la république a parmi ses prérogatives constitutionnelles, le devoir de s’adresser à son peuple directement et non par procuration ! Afin de le rassurer, l’orienter mais surtout l’accompagner dans les moments durs comme nous le vivons actuellement et dont une simple radiographie du pays le confirmerait ! La gouvernance par un nom ou en haut d’une tour d’ivoire ne peut perdurer ad vitam aeternam.

Envisagez-vous de lancer d’autres actions?

Honnêtement, cela sera au gré des situations auxquelles nous assisterons, ces reflexes-là, ne se contrôlent pas et ne se préméditent pas, la fibre patriotique est mon seul fil conducteur, et l’amour de l’Algérie comme unique conseiller ! Ceci dit, je suis avec beaucoup d’attention les mouvements et actions louables, individuelles, collectives ou partisanes œuvrant à dynamiser la société civile en lui procurant le pouvoir qu’elle mérite !

CNP NEWS.