Les soldats éplucheurs de la presse algérienne et internationale du clan Bouteflika ont épinglé un article publié le 8 août dernier par nos confrères du quotidien national El Watan intitulé, « Saïd Bouteflika, Tebboune et l’affairisme ». Selon nos sources, le clan a réagi au quart de tour pour sommer le directeur de la publication, Omar Belhouchet, de retirer bonnement et simplement l’article en question.

Cette pratique qui va à l’encontre de la liberté de presse est monnaie courante dans l’Algérie de Bouteflika. Les rares journalistes algériens qui osent encore toucher aux intouchables, comme certains de nos confrères d’El Watan et d’El Khabar par exemple, deviennent la cible privilégiée du régime dictatorial.

L’article en question revenait sur l’affaire du cimetière d’El Alia le jour de l’inhumation de feu Redha Malek et l’implication directe de Saïd Bouteflika dans les affaires douteuses qui ont permis à sa famille de s’embourgeoiser en plein jour et en toute impunité.

Si vous cliquez sur le lien de l’article « Saïd Bouteflika, Tebboune et l’affairisme », vous liriez ce qui suit :

El Watan [8/08/2017]

Le 30 juillet dernier, au cimetière El Alia et alors que l’on inhumait l’ancien Premier ministre Redha Malek, le frère du président Bouteflika a affiché publiquement son opposition à la campagne «mains propres» ordonnée par le Président, ce qui a alimenté les spéculations sur sa prise de pouvoir au palais (…) [Lire l’article complet dans El Watan]

CNP NEWS