Le nom de la source qui alimentait CNP NEWS d’informations sur, l’état de santé du président Bouteflika et la retraite imminente du Général Ahmed Gaid-Salah notamment, sera divulgué au moment opportun.

Nous avons attendu des contre – preuves tangibles et irréfutables avant de prendre la décision de nous défaire de la source en question. Il s’est avéré qu’elle était proche du sérail et travaillait pour le sérail.

La source présentée comme digne de foi par notre rédaction et considérée réellement comme telle était en réalité une taupe du régime. Nous avouons à nos lecteurs que nous sommes tombés dans le piège tendu par le sérail qui lui,  n’a ni foi ni loi. Il s’est avéré que la source était instruite et diligentée par les hommes de Saïd de Bouteflika pour discréditer CNP NEWS après moult tentatives d’intimidations et de menaces.

Ces techniques ne sont pas nouveaux, Saïd Bouteflika (et Abdelaziz Bouteflika avant sa maladie) en use et abuse. Ces méthodes exécrables d’un autre âge sont monnaie courante dans les régimes totalitaires depuis l’ancienne URSS jusqu’à la Turquie d’aujourd’hui en passant par les Bokassa, les Mobutu, les rois de la péninsule arabique, le tunisien Benali ou encore le roi du Maroc.

L’approche consiste d’abord à tenter de récupérer le journaliste ou le média pour en faire comme tout le reste un journaliste docile et un media corrompu. Si la mayonnaise ne prend pas, ils passent à la 2ème étape, celle à laquelle CNP NEWS a été confrontée. Il y a bien attendu les autres méthodes dites radicales, emprisonner ou supprimer le journaliste s’il était physiquement présent dans le pays en question.

Les deux informations publiées par CNP NEWS qui se sont avérées en partie fausses sont en relation avec l’état de santé du président et la retraite imminente du Général de corps d’armée Ahmed GAID-SALAH.

Si le contenu de l’article du 10 mars 2017 intitulé « Le Président Bouteflika est mort, son évacuation en Suisse ne le ramènera pas à la vie », n’était pas tout à fait faux, c’est parce que CNP NEWS a voulu attendre de capturer l’ours avant de le tuer. Le président Bouteflika subit, en effet, des sédations ou des comas artificiels à chaque fois que son état de santé l’exige. Mais Mr.Bouteflika n’est pas mort dans l’absolu. Notre rédaction a explicité, dans le détail et dans plusieurs articles, ce qu’était la sédation ou le coma artificiel.

Le deuxième article remis en cause, en date du 17 mai 2016, est celui intitulé « URGENT : Ahmed GAID-SALAH S’EN VA… », Là aussi, nous ne savons pas au jour d’aujourd’hui si le Général a été maintenu à son poste juste pour démentir nos informations ou si la décision de son retrait était bel et bien évoquée.

La rédaction de CNP NEWS présente ses excuses à ses lecteurs et divulguera, au moment opportun, l’identité de la source indigne de foi.

CNP NEWS.