Le chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, a proposé jeudi d’augmenter l’aide financière de l’UE à la Tunisie, à 300 millions d’euros en 2017, pour répondre à la crise économique profonde que traverse ce pays.

Cela correspondrait à un quasi-doublement du montant de l’allocation moyenne de ces trois dernières années, qui était d’environ 170 millions, a-t-on expliqué à la Commission européenne.

Peu avant de rencontrer le président tunisien Béji Caid Essebsi en novembre dernier, Madame Federica Mogherni a déclaré qu’investir dans la Tunisie – dans le présent et le futur, et spécialement dans le présent est dans le futur de la jeunesse tunisienne est une priorité stratégique pour l’Union européenne et c’est pour cela – que soit au Parlement européen, à la Commission européenne ou au Conseil européen – nous avons décidé d’augmenter notre soutien financier à la Tunisie pour l’année prochaine, à hauteur de €300 million pour 2017 avec l’intention de garder le même niveau de soutien financier pour les années à venir jusqu’en 2020.  Mais notre partenariat va bien au-delà du soutien financier, il touche tous les domaines de notre coopération, de l’environnement, à la création d’emplois, au développement économique, à la sécurité, à la politique étrangère. Nous avons discuté de la situation en Libye. C’est pour nous très important de travailler ensemble pour la stabilité de la Méditerranée qui est aussi une mer européenne.

Nous partageons la même région, les mêmes valeurs, le futur et le présent, la réussite de la Tunisie est quelque chose d’extrêmement important pour l’Union européenne. Pour moi personnellement, je pense que c’est naturel de travailler ensemble, et je voudrais passer ce message très fort, très clair aujourd’hui ; pour tous les européens, la Tunisie est vraiment un partenaire privilégié, spécial et il y a une unité extraordinaire en Europe sur ça. Si vous essayer de trouver un domaine, un thème sur lequel les européens sont et vont rester complètement unis, à cent pour cent, c’est dans notre travail ensemble avec la Tunisie, avec un accent spécial – je voudrais le souligner encore une fois – sur la nécessité de travailler pour donner un espoir, un rôle spécial à la jeunesse de ce pays.

Je suis ravie de travailler ensemble avec le Ministre [des Affaires Étrangères M. Khemaies Jhinaoui], avec le Gouvernement. On va rencontrer maintenant le Président [M. Béji Caïd Essebsi], le chef du Gouvernement [M. Youssef Chahed] et ses collègues dans le gouvernement pour travailler ensemble, secteur par secteur en préparant aussi la conférence de fin de Novembre, pour préparer aussi la visite historique du Président à Bruxelles. Ceci est vraiment un travail que nous faisons ensemble d’une façon exceptionnelle.

CBP NEWS