Le président algérien Abdelaziz Bouteflika sort enfin de son mutisme. Il a parlé ! Un moment tant attendu, tant espéré par le peuple. L’Algérie toute entière a su s’armer de patience et ses efforts ont fini par payer, les Algériens peuvent laisser exploser leur joie.

Le chef de l’État qui fêtera le 2 mars prochain ses 80 ans, a accordé une interview au média britannique, OBG » Oxford Business Group ». Bouteflika qui ne s’est plus exprimé depuis près de quatre ans, a fait connaître à son peuple, par un média étranger interposé, sa philosophie en matière économique de ces dernières années, ses perspectives à moyen et long terme ainsi que son approche dans le domaine de coopération économique internationale.

Faut-il rappeler que le moyen terme dure généralement 5 ans et le long terme correspond à des durées supérieures à 5 ou 10 ans, ce qui laisse croire que Bouteflika ne quittera pas le pouvoir de son vivant. « Mon vœu le plus pieux est de mourir en plein exercice de ma fonction », confiera t’-il en 2002 sur TV5 à son ami, le journaliste Jean-Pierre ElKabbach ».

Le président a affirmé à nos confrères d’OBG que l’Algérie a désormais une base industrielle compétitive et qu’elle est dotée d’une main-d’œuvre jeune et hautement qualifiée. Il a étoffe ses dires par le fait que « la demande nationale de ciment a été satisfaite à l’échelle nationale en 2016, l’exportation de la production excédentaire commençant en 2017 ». (CNP NEWS reviendra bientôt sur l’affaire du ciment, un argument béton que brandissent tous à azimuts, le premier – ministre Abdelmalek Sellal et les membres de son gouvernement, pour rassurer ceux qui doutent de l’industrialisation de l’Algérie.)

S’agissant des échanges commerciaux et de la coopération économique internationale, le président a affirmé à OBG que « Nous sommes convaincus que l’Algérie représente une nation de stabilité et de sécurité et qui peut servir de plaque tournante du commerce en Méditerranée, en Afrique et au Moyen-Orient ».

Il faut savoir que nous avons lu le contenu de l’interview avec un grand intérêt mais nous nous sommes demandés si le président « parlait » de la république platonicienne où tous les agrégats macroéconomiques sont équilibrés, où le plein emploi est à son apogée et où la société coule des jours heureux, ou bien la république bananière où 20% d’algériens vivent sous le seuil de pauvreté et où le salaire mensuel moyen est de 250 dollars, c’est à dire la moitié du salaire mensuel moyen des palestiniens de la bande de Gaza.

Et pour être tout à fait clair, nos sources ont indiqué que les questions soumises à Bouteflika ont été reçues à l’avance au siège de la présidence et les réponses ont été transmises en français par email à OBG, « Oxford Business Group». La traduction en anglais a été assurée par la rédaction d’OBG. Selon les mêmes sources, aucun journaliste d’OBG n’a vu ou rencontré Bouteflika pour répondre de vive voix à ses questions.

CNP NEWS.

Lien de l’interview entière: https://www.oxfordbusinessgroup.com/interview/virtues-good-sense-president-abdelaziz-bouteflika-country%E2%80%99s-near-medium-term-economic-focus