L’UNESCO (Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture) a adopté ce jeudi une résolution concernant le slieux saints musulmans à Jérusalem sur la base d’un texte soumis par sept pays arabes visant à la « sauvegarde du patrimoine culturel de la Palestine et du caractère distinctif de Jérusalem-Est ». Dans ce texte, l’agence onusienne à « réaffirmé l’obligation pour Israël de respecter l’intégrité, l’authenticité et l’héritage culturel de la mosquée Al-Aqsa comme un lieu sacré de culte pour les musulmans ».

La résolution appelle à la restauration du statu quo précédent autour de « Al-Aqsa/Al-Haram Al-Sharif et ses environs. », et note qu’Israël viole la liberté de culte des musulmans en entravant et en empêchant leur accès à la Mosquée Al Aqsa. La résolution déplore par ailleurs et ; « déplore l’assaut continu » contre l’enceinte de la mosquée par des extrémistes israéliens de droite et les forces en uniforme ; dénonce les arrestations et les blessures de fidèles musulmans dans la mosquée ; et « déplore les dommages causés par les forces israéliennes, en particulier depuis le 23 août 2015, aux portes et aux fenêtres anciennes de la mosquée al-Qibli à l’intérieur d’Al-Aqsa/Al-Haram Al-Sharif,

De son côté Israël a annoncé vendredi suspendre sa coopération avec l’UNESCO en réaction à ce vote du conseil exécutif de l’organisation, dénoncé en Israël comme déniant le lien historique millénaire entre les juifs et Jérusalem. Dans une lettre adressée à la directrice générale de l’Unesco Irina Bokova et publiée sur Twitter, le ministre israélien de l’Éducation Naftali Bennett accuse l’UNESCO d’apporter un « soutien immédiat au terrorisme islamiste ».

Irina Bokova, directrice générale de l’UNESCO a déclaré quant à elle que « Le patrimoine de Jérusalem est indivisible, et chacune de ses communautés a droit à la reconnaissance explicite de son histoire et de son lien avec la ville. Nier, occulter ou vouloir effacer l’une ou l’autre des traditions juive, chrétienne ou musulmane revient à mettre en péril l’intégrité du site, contre les raisons qui justifièrent son inscription sur la Liste du patrimoine mondial. »

Jérusalem-Est est la partie palestinienne de Jérusalem occupée depuis 1967 par Israël, dont l’annexion n’est pas reconnue par la communauté internationale. C’est là que se trouve l’ultra-sensible esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l’islam et site le plus sacré pour les juifs qui le vénère comme le mont du Temple, là où se dressait le second temple juif détruit par les Romains en 70.

CNP NEWS, AGENCES

 

 

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

54 + = 56