La réponse de l’ex – sélectionneur des Diables Rouges, l’équipe nationale belge de football, est tombée comme un coup de massue dans l’oreille du Président algérien ‘faisant fonction’, Saïd Bouteflika. Marc Wilmots a refusé l’offre très alléchante pourtant que lui a proposée Saïd Bouteflika : Devenir le sélectionneur des Fennecs contre un salaire mensuel de près de 100.000 euros et une coquette somme en prime, en cas de qualification pour le Mondial 2018.

Après mûre réflexion à la proposition endiablée du frère-président, l’ancien sélectionneur des Diables Rouges a décidé de décliner l’offre algérienne. « Peut-être dans deux ou trois ans », a-t-il confié à nos confrères de la Radio et Télévision Belge Francophone,(RTBF). Selon lui, sa décision ne serait pas liée aux conditions financières. « J’en ai assez de constater qu’on me résume sans cesse à un homme qui ne pense qu’à l’argent », a rétorqué Marc Wilmots à la RTBF.

Raouraoua retournera à Alger Bredouille

Selon l’agence algérienne, APS, l’ancien sélectionneur des Diables Rouges, Marc Wilmots, aurait rencontré à Bruxelles, Mohamed Raouraoua, le président de la Fédération Algérienne de Football, (FAF), pour lui signifier officiellement son refus. Faut-il signaler ici que comme tous les secteurs en Algérie, le Football est infesté de corruption et Mohamed Raouraoua beaucoup plus que tous les larbins de Saïd Bouteflika, il est corrompu jusqu’à la moelle épiaire, lui qui comme tout le monde le sait, n’agit et ne s’agite que sur ordre du frère cadet du Président souffrant.

Le football, l’opium préféré des Bouteflika

Il faut dire que le football, pour la caste au pouvoir, est bien plus qu’un sport ou un divertissement, c’est un outil de diversion que le régime actionne et quel en soit le prix pour à la fois divertir et distraire les adorateurs du football.  Dès son avènement au pouvoir, Abdelaziz Bouteflika a misé très gros pour offrir un opium de qualité à son peuple. Crise ou pas, chute du prix de pétrole ou pas, rien n’est trop cher pour acheter la paix sociale!

Georges Leekens aurait déconseillé à Marc Wilmots d’entrainer les Fennecs

En réalité Bouteflika n’est pas à son premier coup d’essai avec les sélectionneurs belges. En 2003, il avait réussi à appâter l’ancien sélectionneur de l’équipe nationale belge, Georges Leekens, ce dernier, souvenons –nous, a dû annuler son contrat avec l’Algérie au bout de quelques mois pour des raisons personnels, disait-on à l’époque. D’après nos sources, il n’avait pas supporté les interventions intempestives de Saïd Bouteflika, importun et voulant s’ingérer dans tout, il a fini par faire fuir Georges Leekens, le sélectionneur de l’équipe belge de KSC Lokeren, depuis 2015.

Selon des bruits de ballon, en connaisseur du fond de la marmite algérienne, Georges Leekens aurait déconseillé à Marc Wilmots d’entrainer les Fennecs. Bien qu’âprement courtisé, Marc Wilmots a dit NON à la caste au pouvoir, non, l’Algérie ne succèdera pas à la Belgique dans le Curriculum Vitae de Marc Wilmots, l’ex-entraîneur des Diables Rouges a refusé l’offre des Fennecs. Il laisse, néanmoins la porte entre-ouverte, sans doute dans deux ou trois ans, l’Algérie aura changé de régime ou aura sombré dans l’inconnu comme le lui ont prédit récemment des experts américains.

cnp news