La démocratie de façade de la tribu bouteflikienne ne peut et ne doit plus durer. Les Bouteflika forts de leurs soutiens étrangers et plus singulièrement français et par la faute d’une opposition amorphe, ils usent et abusent d’un peuple et de ses richesses dans l’imputé absolue. Comme des bulldozers, les Bouteflika et leurs complices phagocytent tout ce qu’ils trouvent sur leur passage. Mais jusqu’à quand ?

Bouteflika ramené sur un char a prétendu régler les problèmes de la population en quelques mois en apportant des solutions-miracles. Une fois au pouvoir, il a transformé le système progressivement en une propriété privée. L’Europe a vu cela en 1933 avec Adolf Hitler. A la différence près, dans le cas de l’Algérie, nous avons à faire à Bouteflika et Bouteflika bis, ils sont deux Hitler en un. mais comme un dragon bicéphale, ils peuvent vivre avec un seul cerveau puisque celui du premier est « out of order » suite à un accident vasculaire cérébral.

Qui ose lever le petit doigt pour dire trop c’est trop, « Enough is enough », à Hitler bis ?

Les corrompus jusqu’à la moelle épinière ? Les Dieux de l’Algérie qui se sont avéré des dieux en carton ? Les députés utilitaristes ? L’opposition plaventristes ? Les journalistes khobzistes ? Les syndicats opportunistes, le peuple hittiste, les islamistes wahhabistes ?

Mais dans quel siècle vivons – nous ?  Quel espace occupons – nous ? Avec quels cerveaux fonctionnons – nous ?  Comment sommes-nous arrivés à ce degré de mépris de nous –même ?

Où sont passés les Algériens de naguère ? Où est le nif ? Où sont les valeurs de la République qu’ont voulu bâtir nos leaders, notre intelligentsia des années soixante ?

Pourquoi le rêve s’est transformé en cauchemar, le paradis en enfer ?

Où sont les HOMMES ?

Un cri de colère suffirait-il pour que l’Armée Nationale Populaire qui a fait le serment d’aimer, de protéger et de défendre la mère patrie, se lève comme un seul homme pour dire stop à la HOGRA ?

Généraux libres, officiers de toutes les armées, réservistes, gendarmes et policiers, rangez-vous du côté du PEUPLE dont vous êtes issus. Sauvez-le peuple ! Sauvez l’Algérie ou ce qui reste ! Mettez à l’abri ce pays-continent, cette terre arrosée par le sang d’un million et demi de martyres !

Il faut capturer la bête immonde, il faut capturer Saïd Boutesrika, il faut capturer Hitler bis !

Il a humilié l’inhumiliable, il a corrompu l’incorruptible, il a emprisonné à tour de bras, il a cassé, saccagé, détruit, déconstruit tout ce qui ne lui plait pas. Un CHIKOUR qui fait ce qu’il veut, quand il veut et où il veut !

Ce CHIKOUR, cet Hitler bis est comme Rudolph Hitler, un individu profondément mégalomane et indiscutablement schizophrène, aux traits envahis de pâleur à la moindre contrariété, despotique au point de ne tolérer ni contradiction ni discussion.

Cette imposture venue du Maroc voisin, est tour à tour, affable, froid, cynique et sarcastique, ou livide et gonflé de rages, aveugle et sourd au chaos. En langage courant, cet individu est un malade mental comme l’a qualifié un général jeté en prison depuis. Said Bouteflika accuse incontestablement quelque tare obscure, une tache indélébile, héréditaire, un déséquilibre fondamental, une évidente altération de la personnalité.

CNP NEWS