C’est lors d’une interview exclusive* réalisée par CNP NEWS sur la situation des droits de l’Homme dans la région du Maghreb et du Moyen Orient que le directeur général d’Amnesty international, Philippe Hensmans a pointé du doigt les exactions commises par le régime algérien à l’endroit des activistes des droits de l’Homme, des syndicalistes et des journalistes.

Philippe Hensmans a indiqué en substance … « En Algérie, il s’y passe bien des choses mais elles sont moins visibles car en ce moment les médias internationaux se focalisent surtout sur d’autres pays comme la Syrie, l’Égypte, l’Arabie Saoudite où la situation des droits fondamentaux est exécrable… ». Le directeur général d’Amnesty international a évoqué la répression des manifestants dans le Sud algérien, l’interdiction des manifestations à Alger, les arrestations arbitraires des activistes des droits de l’Homme, la corruption de certains journalistes, la prison pour d’autres.

Le directeur d’Amnesty international a « recommandé » aux autorités algériennes de s’attaquer aux vrais problèmes de chômage, de la pauvreté, des disparités à l’intérieur de la société algérienne… Il déplore le sort que le régime en place réserve aux journalistes et aux caricaturistes «… dès qu’ils osent critiquer Bouteflika ou qu’ils dénoncent la façon dont est répartie la manne pétrolière ou gazière, ils sont jetés en prison »

Amnesty International dénonce le non respect de la liberté de presse par le régime algérien. Dans  l’interview, il a été question de quelques exemples comme la fermeture  de chaînes de télévision notamment El Watan TV, le saccage et la confiscation du matériel d’Atlas TV et le piratage du site de CNP NEWS.

*l’Interview entière sera bientôt publiée sur CNP NEWS.