Les ressortissants d’Algérie et des Pays-tiers qui souhaitent entrer dans les pays de l’Union européenne en tant que chercheur, étudiant, bénévole ou stagiaire, bénéficieront de conditions d’entrée et de séjour plus aisées et plus claires, grâce à la nouvelle directive approuvée aujourd’hui 11 mai en séance plénière par le Parlement européen.

Sous la direction de la députée européenne, Cecilia Wikström, le Parlement européen a soutenu un texte visant à attirer des ressortissants qualifiés de pays-tiers, Algérie, Maroc, Tunisie, Egypte, … qui contribueront à la compétitivité de l’Union Européenne. Cette nouvelle loi fournira une voie légale à la migration vers l’Europe et comblera les lacunes économiques et démographiques du marché du travail européen.

« Je me félicite que l’Union européenne reconnaisse l’importance d’attirer des personnes hautement qualifiées et de les inciter à rester, en créant un système européen harmonisé applicable dans tous les États membres »,  dira la députée européenne Cecilia Wikström avant d’ajouter  » Cela signifie indubitablement que nos universités européennes renforceront leur compétitivité sur la scène mondiale et deviendront plus attrayantes que jamais pour les personnes d’autres pays ambitieuses et très instruites, qui bénéficieront désormais de conditions largement meilleures au sein de l’UE ».

Les États membres de l’Union européenne auront deux ans pour traduire la directive en droit national une fois la nouvelle loi entrée en vigueur.