Le jour-même de la parution d’un article sur le site de CNPNEWS traitant des origines occultes du financement d’Al Magharibya TV intitulé « Qui finance Al Magharibya TV ? », la direction de CNPNEWS a commencé à réceptionner des demandes incessantes et insistantes l’invitant à retirer l’article en question. Certaines demandes allaient jusqu’à proférer des intimidations voire des menaces à l’endroit de la rédaction de CNPNEWS :  » Nous vous conseillons de retirer l’article de votre site car vous risquez de le regretter» ou alors : « Al Magharibya est la seule télévision qui permet à l’opposition de s’exprimer, votre article pourrait nous priver de communiquer » ou encore : « Cessez de vous acharner sur cette chaîne », etc…

Nous disons d’emblée que Al Magharibya TV ne nous fait pas peur, nous n’avons pas l’intention de la laisser étouffer CNPNEWS dans l’œuf. Le webmédia qui n’est qu’à ses balbutiements, se veut d’être un media indépendant qui donne la parole à tous les Algériens sans exclusive y compris les islamistes s’ils respectent un tant soit peu les règles du jeu de la démocratie.

Il faut savoir que dans cette « affaire », CNPNEWS a juste accompli son devoir d’informer en respectant scrupuleusement la déontologie de la profession ainsi que son droit de s’exprimer librement sans porter atteintes aux personnes physiques et morales. Toutefois si la direction d’Al Maghariya estime que CNPNEWS a porté atteinte à ses employés ou à ses propriétaires, il est de son droit de porter plainte pour diffamation. De même, si elle prétend que les informations concernant l’origine de son financement sont fausses, elle a aussi le droit d’apporter des contre – preuves.

Faire pression sur CNPNEWS par personnes interposées, autorisées ou non, est juste une aberration venant d’un média qui prétend défendre la liberté de presse et d’expression. Le slogan fanfaresque de la chaîne vient de montrer ses limites car s’exprimer librement et refuser à l’autre de faire autant est le pire déni de soi et de ses idéaux. CNPNEWS ne compte pas jeter le bébé avec l’eau du bain, elle ne souhaite pas perdre de vue l’essentiel et l’essentiel aujourd’hui c’est contribuer à bâtir une amorce de démocratie dans un pays exposé à toutes les dérives.